Articles & Publications

Crèches 1, 2, 3, soleil, l’écologie pour nos enfants

A peine trois ans d’existence et déjà un succès fou. C’est l’histoire des Crèches 1, 2, 3, soleil, une société qui propose et gèrent des crèches d’entreprises…

ntièrement écologique. À l’origine : Pierre et Marc Duez. Bien qu’installé professionnellement –le premier est commercial, le second consultant- les frères n’ont jamais vraiment abandonné ce vieux rêve de monter leur propre boîte.

L’idée de crèches d’entreprises germe en 2000. Et devient possible en 2003 grâce à la conférence sur la famille. Crèches 1, 2, 3, soleil, ouvre sa première crèche en 2005, pas encore écolo. Aujourd’hui, la boîte compte 45 salariés, cinq crèches en fonctionnement (dont 4 écologiques) et prévoit 12 nouvelles ouvertures en 2008. Pierre Duez raconte.

pierreduezQuestions à Pierre Duez

Dirigeants Durables : Vous et votre frère désiriez monter votre boîte depuis longtemps. Mais pourquoi des crèches d’entreprises ?

Pierre Duez : Depuis tout jeunes, des milliers d’idées nous sont passé par la tête. Mais c’est vrai que nous nous orientions toujours vers le service à caractère social. Et puis, nous même avons été confronté à des problèmes de garde d’enfant pendant les heures de bureau. De fait, nous avons constaté le peu d’offre pour une très forte demande. Enfin, nous venons d’une famille de six enfants, du coup nous pouvons intégrer nos valeurs familiales dans ce projet. C’est très important pour nous. En 2003, la conférence de la famille a accordé aux entreprises privées des avantages fiscaux en réservant des places dans des crèches. Ces droits ont été mis en application en 2004, notre première crèche interentreprises a vu le jour en avril 2005.

Quels sont les avantages d’une crèche d’entreprise pour les uns et les autres ?

Pour les parents, le premier avantage c’est déjà de trouver une place en crèche ! Ce qui n’est pas toujours facile. Et puis, c’est rassurant et plus simple de pouvoir déposer son bébé près de son lieu de travail. Dans nos crèches, des salles sont prévues pour les parents qui viennent voir leurs enfants à midi. Les horaires sont calqués sur ceux de l’entreprise, les parents ne sont plus coincés si une réunion s’éternise.
Quant aux entreprises, elles retirent un réel bénéfice d’avoir des salariés qui n’ont plus de problème de garde. Ils sont moins en retard, moins préoccupés et donc plus productif.
Il y a de plus en plus d’entreprises qui cherchent à mettre en place des choses pour l’égalité hommes femmes dans le milieu professionnel. Ce type de crèche contribue à résoudre un peu ces écarts. Les entreprises remarquent aussi qu’auparavant, il avait un turn-over plus important, les crèches contribuent à fidéliser leurs salariés. De même, au niveau de l’embauche, nous avons parfois des coups de téléphone de gens voulant connaître les entreprises qui réservent des places dans nos structures pour postuler chez eux. De même le congé parental que certains salariés n’avaient pas le choix de prendre pour garder leur enfant jusqu’à ce qu’il aille à l’école. Grâce aux crèches, ce choix existe vraiment.

Mais avez-vous pensé aux dérives possibles de l’employeur vis-à-vis de ses employés, comme le travail plus tard le soir ?

Bien sûr. C’est une question à laquelle nous avons réfléchi. Et nos directeurs (-trices) de crèche surveillent de près les enfant qui resterai trop souvent tard le soir. Il s’avère que ce problème ne se rencontre finalement pas vraiment. Beaucoup de papa et maman racontent qu’ils sont efficaces jusqu’à la fin de journée car ils n’ont pas à se soucier de savoir qui va récupérer le petit. Sans finir plus tard, c’est un gain de productivité assuré pour l’entreprise.

Vos crèches sont entièrement écologiques. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Au départ, notre premier souci était le bien-être de l’enfant. Puis en 2005, nous avons rencontré un homme qui travail dans l’innovation de la construction écologique. Ça a été une révélation et depuis nous collaborons avec lui, c’est devenu un ami. Nous construisons des structures écologiques et bioclimatiques de manière THQE : bâtiments en bois, isolation paille, bâtiment passif, c'est-à-dire sans chauffage, systèmes d’éclairages innovant, etc.
Mais on ne s’arrête pas là. A l’intérieur de la crèche, les matelas et autres linges sont en cotons bio, les repas sont issu autant que possible de l’agriculture biologique.

L‘écologie c’est bon pour les enfants…

Vous savez la pollution est davantage à l’intérieur de la maison qu’à l’extérieur. Dans les produits d’entretien, les matériaux utilisées dans la maison, etc. On ne peut pas occulter ces constats dès lors que l’on se souci du bien-être des enfants. Nos sols sont en linoléum naturel, c’est capital quand on sait que les petits sont toujours le nez par terre. Nous nous fournissons chez Daillot, une société qui construit de l’ameublement pour enfants et des jouets sains. Ils utilisent des vernis écologiques, on vont jusqu’à fabriquer eux-mêmes leurs vis.

Quels sont vos projets pour les années à venir ?

Nous étudions les couches lavables. En terme de déchets, elles représentent entre 10 et 12 T par an ! Nous savons d’or et déjà que ce n’est pas trop contraignant pour l’équipe. En revanche, se pose un problème d’intendance pour le lavage. Ensuite, comme c’est assez compliqué de trouver des repas bio conçu pour la petite enfance, nous sommes en train de créer une structure qui pourra fournir des repas adapté et intégralement issu la filière biologique.

Sentez-vous les parents et les entreprises sensibles à cette composante environnementale que vous proposez ?

Ils ne l’étaient pas forcement au début. Les parents trouvaient ça bien pour leurs enfants, mais c’est tout. Aujourd’hui les gens sont davantage conscients des enjeux. Finalement, c’est une vraie valeur ajoutée que nous offrons. Un exemple : si nous avons eu un succès fou au salon des maires dernièrement, c’est notamment grâce à cette composante environnementale. C’est bon pour l’environnement, pour les enfants, mais aussi pour le business. Aujourd’hui notre activité se développe de manière exponentielle !

Propos recueillis par Caroline Dangléant

En savoir plus / Nous contacter

Vous voulez en savoir plus sur le Label LUCIE ou sur les conditions d’adhésion?

Vous voulez nous poser une question précise ou nous faire part de vos remarques ?

Cliquez ici pour tout savoir sur le label

Cliquez ici pour nous écrire

Cliquez ici pour télécharger une plaquette de présentation du Label LUCIE 

Pourquoi rejoindre la communauté ?

Les membres de la communauté disposent d’un accès illimité à toutes les fonctionnalités de ce site communautaire, ainsi qu’à une vaste base documentaire et méthodologique destinée à leur faciliter la mise en œuvre de la RSE dans leur entreprise. Ils sont invités à participer régulièrement à des rencontres à thème, à des conférences et à un séminaire annuel destinés à les faire tous progresser sur la voie de la RSE. ils ont également le droit d'utiliser les documents LUCIE en tant que support de communication pour leurs entreprises.

Comment rejoindre la communauté ?

Les organisations souhaitant nous rejoindre doivent suivre la démarche de labellisation LUCIE qui se déroule en plusieurs étapes: cliquez ici pour en savoir plus

 

Suivez-nous sur : facebook-logo1 logoTwitter linkedin-logo logo-viadeo Youtube-logo